Ensemble pour Ardres avec les élus minoritaires au conseil municipal

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Lundi 12 novembre 2012

Inondations à Ardres: nos propositions

Face aux inondations qui perdurent sur la commune, les élus minoritaires au conseil municipal d’Ardres sont attristés. Attristés pour les habitants qui subissent de graves dommages. Attristés pour les ardrésiens de constater que le maire d’Ardres, conseiller général, ne sait pas se faire entendre, ni aider, de la sous-préfète et des services de l’état (cf presse du 09/11/2012), situation alarmante où la voix de la commune n’est plus écoutée ni reconnue. Au-delà de ces constats impactant tous les ardrésiens, il est indispensable de trouver des solutions et d’avancer sur ces problèmes récurrents qui continueront de menacer la commune. C’est pourquoi, les élus minoritaires ardrésiens autour de B.Carpentier ont proposé au maire d'Ardres:
  •           L’évaluation rapide et précise de la situation par un état des lieux afin de pointer les faiblesses techniques et administratives.
  •           La consultation de tous les riverains impactés afin de collecter leurs propositions d’action.
  •           La réunion dans les plus brefs délais des commissions municipales « Environnement » et « Travaux » afin que les élus puissent prendre connaissance de la situation et mettre en place des mesures nécessaires.
  •           La constitution d’un groupe de travail, élus, riverains, État, section de wateringues, VNF, etc… afin de mutualiser les moyens, coordonner les actions et préparer les futures montées des eaux pour éviter le renouvellement de la situation actuelle
  •           La mise en place d’une véritable coordination avec les communes environnantes, dont Balinghem, pour là encore éviter la répétition des problèmes actuels
  •           Le curage annuel avant la période des pluies de la tête de canal, ce qui n’a pas été fait en 2012, qui pourrait ainsi faciliter la circulation de milliers de m3 d'eau à la place de la boue.
  •           Le vote d’une ligne de crédit au budget municipal dédiée aux inondations et ce dès 2013.
  •           La réunion urgente d’un conseil municipal afin d’opérationnaliser les mesures ci-dessus.

Les élus minoritaires renouvèleront ces propositions concrètes et constructives, dès qu’ils le pourront lors des réunions où ils pourront s’exprimer, dans l’intérêt de tous les ardrésiens. Ils souhaitent être écoutés et entendus.

Le groupe des élus minoritaires au conseil municipal d’Ardres :

B.CARPENTIER, V.FRANQUE, B.BOUILLON, R.MAGNIEZ et S.PEUGNIEZ

Samedi 29 septembre 2012

Déclaration lors du conseil municipal du 27 septembre 2012 à propos du projet Ramery

Monsieur le Maire,

Vous n’avez pas eu la déférence de répondre au courrier que notre groupe politique vous a adressé la semaine dernière, concernant surtout deux sujets, et vous m’en voyez attristé…

L’un avait pour but de vous rappeler toute l’importance que nous attachions à la valeur d’un Conseil Municipal et l’autre au projet Ramery qui suscite tant d’inquiétudes chez tous nos concitoyens, dans l’Ardrésis et bien au delà.

Ce soir nous avons été présents au conseil municipal malgré un défaut de procédure. (Nous avons reçu la convocation le 24 Septembre pour une réunion se tenant le 27, alors que celle-ci aurait dû nous être envoyée le 21), et vous n’êtes pas sans l’ignorer… le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit 5 jours francs.

Nous avons été présents pour vous montrer que nous croyons pourtant en cet espace de concertation qu’est un conseil municipal, et pour vous rappeler, que nous croyons aussi que les commissions sont des espaces de travail qui permettent aux élus d’échanger sur des sujets relatifs à l’économie, à l’environnement, et bien d’autres, en un mot à la mise en valeur ambitieuse de notre ville.

Or, nous avons constaté que vous aviez aménagé à votre convenance des réunions fictives d’une nouvelle dénomination qui n’ont aucune valeur décisionnaire , réunion que vous qualifiez de réunion d’échanges où rien n’est consigné dans un compte rendu, où aucune décision n’est prise, et où le public n’est pas convié, pas plus que la presse.

Je vous le redis au nom du groupe de la minorité, nous croyons à la fonction du conseil municipal qui se réunit, qui débat, qui argumente et qui œuvre dans l’intérêt général.

Nous avons été là ce soir, pour souligner qu’aucune commission ne s’était réunie depuis la rencontre avec le collectif le 14 septembre alors que vous l’aviez annoncé en public...

Nous avons été là ce soir, pour veiller à ce que la question du projet Ramery soit ajoutée à l’ordre du jour afin que les élus puissent se prononcer...

Nous avons été là pour rappeler qu’à ce jour aucune réunion publique n’avait été programmée…

Nous avons été là enfin, pour vous dire que nous avons trouvé qu’il était facile et même trop facile de vous retrancher derrière la réponse du Président de la Communauté de Communes, Mr Marcotte, pour lui faire dire que la CCRAVH devait renoncer au changement du PLU pour raison financière, sans jamais prendre vos responsabilités...

Vous aimez faire des effets de communication sans aucune concertation avec vos élus, vous aimez abreuver la presse d’effets d’annonces qui n’en sont pas.

Vous vous êtes positionné dans la presse le 9 Septembre en faveur du projet d’extension Ramery et vous avez fait volte-face le 22 sous la pression du collectif.

Sachez aussi, qu’il n’est pas du tout question pour nous de récupérer politiquement cette question comme vous aimez à le faire croire… C’est en qualité de citoyen que nous apportons notre concours à un collectif formidable qui a su jusqu’à présent mobiliser, informer et défendre les populations d’Ardres, Pont d’Ardres, Les Attaques, Louches, Guemps etc… avec pour seul objectif : protéger la qualité de vie des générations futures... Nous sommes très admiratifs de la pugnacité de ce collectif et du sens de son engagement.

Nous non plus, nous ne laisserons pas Ardres devenir la poubelle du Calaisis.

2014 c’est là date qui a été lancée oralement lors de la séance plénière de la CCRAVH...

A ce jour, rien n’est acté politiquement, rien n’est décidé ! Quand les communes de l’Ardrésis auront rejoint les Trois Pays, croyez-vous que les élus des Trois Pays se soucieront de l’implantation de cette décharge ?

Nous avons été présents à ce conseil municipal ce soir pour débattre en élu responsable représentant les ardrésiens, nous espérons et demandons solennellement que la décision prise ce soir aboutisse concrètement, à l’abandon du projet.

Le groupe citoyen minoritaire : B.CARPENTIER, V.FRANQUE, B.BOUILLON, R.MAGNIEZ et S.PEUGNIEZ.

Samedi 14 avril 2012

Conseil Municipal du 10 avril 2012: disparition de la CCRAVH

Bernard Carpentier et les élus de son groupe souhaitent apporter leur appréciation quant à la délibération proposée par le Maire et ses élus majoritaires au sujet de la disparition de la CCRAVH lors du  Conseil Municipal d’Ardres du 10 avril 2012.

Ils constatent le refus du Préfet du Pas de Calais de prendre en considération les 2 projets de modification du territoire de la CCRAVH formulés par le conseil municipal d’Ardres en date du 1er juillet 2011.


Ils attirent l’attention des Ardrésiens sur le fait que la proposition préfectorale de remaniement des Territoires aboutit à l’éclatement en 3 de la Communauté de communes de l’Ardresis vallée de la Hem, et à sa  disparation pure et simple.


Ils se demandent ce que vont donc devenir les services essentiels apportés à la population tels que l’école de Musique avec ses 160 élèves, l’Office de Tourisme le relais assistantes  maternelles, ou encore la halte-garderie itinérante Trotinours ??


Evoluera-t-on au final vers la création d’une Maison de l’enfance à Ardres, comme cela avait été prévu par la précédente équipe communautaire avant que les nouveaux élus de 2008 ne décident l’abandon de ce projet !


Ou vont aller les bénéficiaires du Centre Intercommunal d’Action Sociale ? Où seront reçus les jeunes de la Mission Locale ? Et les porteurs de projets de création d’entreprises ?
Une antenne sera-t-elle maintenue sur Ardres ?
Quel sera le développement économique de l’Ardrésis, une fois absorbé par les Trois Pays ?
Ces services vont-ils purement et simplement disparaître ou vont-ils être repris par les 3 nouvelles communautés, et si oui, dans quelles conditions ?
Quel territoire bénéficiera du Complexe culturel et sportif de Tournehem sur la Hem ? Les associations locales pourront t-elles toujours l’occuper ? Et la salle de sports d’Ardres ?
De plus, personne n’est capable de mesurer les conséquences qu’aura cette disparition sur les impôts, taxes  d’ordures ménagères qui retomberont sur les contribuables?
Les impôts ne sont-ils pas plus élevés sur la Communauté de Communes des Trois Pays ?


A ce jour tout a été décidé avant de répondre à ces questions pourtant élémentaires!
Ils déplorent qu’aucune réunion de concertation préalable à cet éclatement n’ait eu lieu pour réfléchir ensemble au devenir du territoire !
Ils ne comprennent pas qu’aucune simulation financière n’ait été faite au préalable !
Ils rappellent qu’il s’agit d’une intégration de  8 communes de l’Ardrésis soit environ 9 000 habitants dans une CC3P qui en compte elle déjà 13 000!

Faut-il craindre d’être sous-représentés à l'égard de toutes les communes composant la Communauté de Communes de Guînes à ce jour ?
La voix des élus de l'Ardrésis se fera t-elle entendre?

Ils déplorent qu’aucune réunion de concertation préalable à cet éclatement n’ait eu lieu pour réfléchir ensemble au devenir du territoire, de simples réunions d’informations étant bien insuffisantes !


Ils ne comprennent pas qu’aucune simulation financière n’ait été faite au préalable !
Ils craignent que la voix des élus de l'Ardrésis ne soit entendue !
Ils ne comprennent pas que Mr Loquet en tant que Maire d’Ardres et Conseiller Général, ait pu accepter une telle situation !
Pourquoi l’a –t-il acceptée ?

Ils refusent d’accepter l’intégration de l’Ardrésis à la Communauté de Communes  de Guînes et sa région, comme l’ont déjà refusé plusieurs autres municipalités de la CCRAVH.
Ils déplorent les arrangements politiciens qui guident les élus au lieu des intérêts de leurs habitants.


Ils demandent  le maintien de la Communauté de Communes  actuelle et des services apportés à la population

- page 1 de 53